Bonjour et...

Image entête de Lorraine-Québec

Vous êtes ici :   Accueil » Jasette » Libres expressions
 
 
Contacts L-Qc
wink MJC Pichon
7 bd Recteur Senn
54000 NANCY
06.32.88.49.12

fl_d-anim.gif Courriel
Site mis à jour le...

Mardi 21 novembre 2017
► Fin d'année en Lorraine
► Sacré Saint Nicolas
► Page Facebook de LQc
► Nos partenaires


Dernière Jasette
 Tournée culturelle F-Qc
- Concert du groupe québécois
"FOLKLOFOLIE"
au C. Culturel. J. L'Hôte
de Neuves-Maisons

Recherche
Recherche
Calendrier
Facebook

L_facebook.gif
fl_d-anim.gif   Rejoignez Lorraine-Québec
et suivez régulièrement nos actions
et celles de France-Québec...

Agenda
    agenda17-petit.jpg

fl_d-anim.gif L'agenda Lorraine-Québec
SEPT-DEC 2017 est en ligne !!!
Consultez-le régulièrement !
ainsi que le <Calendrier>

(juste ci-dessus...)
A venir...

<  SOIREE "REPAS DU TEMPS DES FÊTES COMME AU QUÉBEC" - 12 DÉCEMBRE - 19h30 - SALLE DES FETES MARON>

WebCam Québec
Lorraine-Québec
Associations amies

L_anim.gifCôté France

L_FedeFqc.jpg
► Tous les programmes

L_FQcInfoLet_etiq.jpgDernier bulletin (01/16)

L_DQGP2.jpg
Site officiel
Les bulletins sont accessibles
uniquement sur abonnement...

L_LibQc.gif
Librairie du Québec Paris
L_act.gifCôté Québec

Logo QcF
Site de Québec-France

Logo Saguenay
► Régionale Saguenay
 
Contacts L-Qc
wink MJC Pichon
7 bd Recteur Senn
54000 NANCY
06.32.88.49.12

fl_d-anim.gif Courriel
Médias audiovisuels
L_radcan.jpg
Radio Canada audio

QcRadio.jpg
 Québec Radio-Inter

L_taclac.gif

Les "Têtes à Claques"
 Accès aux vidéos
 Accès aux jeux
Jasette - Libres expressions

Ces billets sont disponibles en format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://lorrainequebec.fr/data/fr-blog.xml


Libres expressions

1106-Club littéraire / M Tremblay  -  par Raymonde_MICHAUD

 
 
 
 

Tremblay.jpg
Michel Tremblay (1942-….)

La_grosse.jpg

 

La grosse femme d’à côté

est enceinte 

 
 

Michel Tremblay est né le 25 juin 1942, rue Fabre à Montréal, au cœur du plateau Mont-Royal, qu’il chantera à sa façon. Il est le fils d’un pressier, Armand Tremblay et de Rhéauna Rathier qui lui communiquera le goût de la lecture. Michel nous raconte sa passion de la littérature, passion partagée avec sa mère, confidente, critique, partageant souvent les coups de cœur de celui qui ne rêvait déjà que de littérature. Elle lui aurait transmis le sens du drame, du rêve, du romanesque. Son père, quant à lui, celui du ridicule. Dans l’œuvre de Tremblay, l’un et l’autre sont exploités en abondance. Il ajoute sur ses parents : 

«  ma mère avait le sens du drame, mon père celui du ridicule : c’était donc un match parfait »

 

Michel Tremblay est l’un des piliers de la littérature québécoise. Son univers, peuplé de marginaux, de gens ordinaires, de femmes désabusées, d’amants,……parle de la vie des personnes qu’ils rencontre. Il est à la fois dramaturge, conteur, romancier, traducteur-adaptateur (Aristophane, Gogol, Tchekov)….scénariste (Françoise Durocher, Waitress , Il était une fois dans l’est, Parlez-moi d’amour, le soleil se lève en retard), autobiographe (les Vues animées, 1990 et douze coups de théâtre, 1992)

 

De 1948 à 1959, il fait ses études primaires et secondaires dans ce même quartier du plateau, puis, tour à tour, il exerce différents métiers, livreur, étudiant en arts graphiques, typographe à l’imprimerie judiciaire, vendeur de tissus au magasin de costumes de Radio-Canada.

 

L’écriture est sa passion. Il remporte en 1964 le premier prix au concours des jeunes auteurs de Radio-Canada avec « le train », pièce inédite écrite à 16ans et jouée deux fois au petit théâtre de la place Ville-Marie. Boursier du Conseil des Arts du Canada en 1967-1968, il écrit durant un séjour au Mexique «  la cité dans l’œuf » qu’il publie un an après « les belles sœurs ». Cette dernière pièce, créée en mars 1968 au théâtre des apprentis sorciers par le centre d’essai des auteurs dramatiques, triomphe au Québec puis en France et assure la renommée du dramaturge. Sa naissance littéraire commence en 1968 avec la sortie des « belles sœurs » où, après un tollé de protestations, Michel Tremblay sort gagnant d’une lutte sur le débat linguistique : il a 25 ans.

 

Entre 1965 et 1976, il compose onze pièces en passant par les « belles sœurs » qui porte sur l’incommunicabilité des personnes jusqu’à la « maison suspendue » qui parle de réconciliation. Depuis cette époque, sa carrière littéraire s’est affirmée avec régularité. Connu comme conteur, romancier, adaptateur, scénariste de films, auteur de comédies musicales, dramaturge pour la radio, la télévision et la scène, parolier pour Pauline Julien, Renée Claude et Monique Leyrac, Michel Tremblay a écrit plus de 20 pièces, 3 comédies musicales, 9 romans, 7 scénarios de films, 14 traductions ou adaptations, 1 livret d’opéra et une quinzaine de chansons.

 

A l’automne 1998 « Laura Cadieux » est porté au grand écran et connaît un record d’affluence. Denise Filiatraut y assure la réalisation entourée d’une brochette de comédiennes de renom dont Ginette Reno dans le rôle principal de Laura Cadieux.

Depuis le début de sa prolifique carrière littéraire, Michel Tremblay s’est vu décerner de nombreux prix littéraires.Le premier date de 1964 au concours des jeunes auteurs de Radio-Canada. Suivront de nombreux autres prix tels le prix du gala Méritas en 1970, Le Chalmers Award en 1972, 1973, 1974, 1975, 1978 et 1986, le « meilleur scénario » au festival du film canadien en 1975, le prix Victor-Morin de la société Saint-Jean Baptiste pour l’ensemble de son œuvre en 1974, le prix du lieutenant-gouverneur de l’Ontario en 1975, le prix France-Québec et le prix Athanase David pour l’ensemble de son œuvre en 1981 et 1988.

 

En 1978, il avait été nommé le Montréalais le plus « remarquable » des 2 dernières décennies dans la domaine du théâtre pour la publication de « la grosse femme d’à côté est enceinte ». En mars 1984, le gouvernement français lui rend hommage en le nommant chevalier des arts et des lettres. En 1990, on lui décerne le grand prix du livre de Montréal. En 1991 à Lyon, le romancier reçoit le prix Jacques Cartier pour l’ensemble de son œuvre et un doctorat honorifique des universités Concordia et McGill. En 1992, l’université Sterling d’Ecosse lui remet aussi un doctorat honorifique pour la pièce « les belles sœurs », traduite en yiddish. En 1995, il se voit remettre le prix littéraire du Québec, le prix des lectrices d’Elle Québec et le prix Molson du conseil des arts du Canada.

 

L’œuvre de Michel Tremblay explore le monde de la marginalité : qu’elle soit sexuelle, raciale, culturelle. L’oppression conditionne l’individu, le place en état de survie, le prive d’une existence pleine, l’aliène, le prive de la reconnaissance. Les héros sont le plus souvent en rupture, volontaire on non, des conventions sociales. Que ce soit Marcel, dans la chronique du plateau Mont-Royal, inadapté car il est entraîné dans un monde onirique, que ce soit Laura Cadieux, trop grosse ou encore les héros de « la nuit des princes charmants » et de « quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes », homosexuels en butte aux diktats de la morale étroite du Québec des années 50-60, les héros de Tremblay doivent mener un combat pour être reconnus au-delà de leur spécificité.  

Tremblay est membre de l’union des écrivains québécois. Ses œuvres ont été traduites dans de nombreuses langues et ses pièces sont jouées régulièrement. 

 

C’est un auteur très médiatisé qui a accordé de nombreux entretiens dans lesquels il s’attache à définir le sens à donner à son œuvre. Il ne cesse de revendiquer son statut d’auteur populaire par lequel il décrit surtout les difficultés du milieu dont il est issu : les quartiers populaires francophones de Montréal à partir des années 1940. Il éprouve une tendresse évidente pour les petites gens dont il parle. Ses personnages ont un rôle clé : par leur récurrence, ils créent des liens entre les différentes œuvres qui fonctionnent par cycles et chroniques. Ils en sont la ligne directrice la plus évidente, formant un ensemble solidaire qui peut rappeler des grandes séries d’œuvres certaines oeuvres de Zola.

 

" La grosse femme d’à côté est enceinte " apparaît comme une belle illustration d’un travail tant littéraire que langagier. Ce que raconte Tremblay touche par sa beauté, son intérêt quasi documentaire, sa justesse. On sent qu’il parle d’un milieu qu’il connaît et que les thèmes qu’il évoque lui tiennent à coeur. Son travail est propre à celui d’un auteur francophone : il s’approprie et même transpose la langue pour mieux dire. Il part du français mais il a choisi de le « québécaniser » dans une volonté de rendre le parler d’un peuple. Ce qui l’intéresse avant tout, c’est de toucher au plus près la saveur des mots prononcés. C’est bien pourquoi son langage est en constante évolution et que son travail s’apparente à une quête, celle de donner une langue la plus juste possible au peuple qu’il aime et dont il se fait le porte-parole. 

 

La langue qu’utilise Michel Tremblay dans le roman est intéressante. Elle fait plus que parler d’un quartier et d’un peuple, elle dit un quartier et un peuple. L’identité québécoise a longtemps été marquée par une double négation avec des slogans du type : ni Français, ni Américains, spécifiquement Québécois. Dans ce cadre, la littérature a un rôle de support. Il s’agit de se définir entre un anglais envahissant et un français normatif. Dans cette quête d’une langue identitaire s’inscrit le joual  que l’on peut définir comme l’expression et la résultante d’une aliénation culturelle. Il s’agit d’une sorte d’argot né d’un glissement du français vu par certains comme une langue étrangère dominatrice. Il revêt un aspect politique dans l’écriture : l’utiliser, c’est s’inscrire dans la quête d’une autre langue, légitimer le peuple qui l’utilise et c’est ce que fait Tremblay lorsqu’il l’utilise en 1968 dans sa pièce « les belles sœurs ». Avant cela, il s’était justifié de l’usage qu’il en faisait en ces termes : « le joual ? C’est mon principal moyen d’expression. Je m’étais dit : si jamais j’écris un jour, je ne tricherai pas. Je ferai parler mes personnages avec les expressions qu’ils utilisent dans leur vie de tous les jours »

 

Michel Tremblay se base sur le français tout en lui appliquant des particularités langagières aussi bien lexicales que syntaxiques. Ce que veut Tremblay, c’est transposer la parler québécois. Au Québec, le parler est différent du français parlé en France. Le français québécois a une saveur particulière qu’il veut rendre par l’écrit. Son but n’est pas de toucher au pittoresque mais de rendre compte de ce qui sort de la bouche des gens. Tant qu’ils n’ont pas été prononcés, les mots n’ont pas le même piquant. On doit sentir une expression personnelle que l’usage classique du français ne permet pas de percevoir. Dans le roman, l’approche est différente de celle du théâtre. Michel Tremblay joue davantage sur le visuel et revient à une orthographe plus classique en lui adjoignant des particularités langagières telles que l’élision pour retranscrire les paroles des personnages. Il s’exprime dans une langue truffée de « québécismes »

Les particularités langagières pratiquées par Michel Tremblay sont notamment :

- l’apocope, y pour il

- la syncope, pis pour puis

- le transfert, tu-seule au lieu de toute-seule

- l’ajout, c’te à la place de ce

- et l’emploi de mots anglais et d’expressions québécoises, pantoute,….

 

thesaurus.jpg


Concernant le style, on note que plusieurs registres de langue cohabitent, notamment entre les passages narratifs et les dialogues, mais également au sein des mêmes dialogues. Cette configuration des registres entraîne une sorte de dédramatisation de situations sérieuses. La langue de Tremblay n’est pas figée. Elle évolue constamment avec son œuvre qui répond à une recherche expressive permanente.    

 
________________________________________________

fl_d-anim.gif  
Les auteurs étudiés
  / F-A Savard / Michel Tremblay / Louis Hémon / Emile Nelligan
________________________________________________
  
Publié le 26/06/2011 : 11:44   Tous les billets   Prévisualiser...  Imprimer...  Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Rubriques

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
11-2017 Décembre 2017 01-2018
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Nos partenaires...

Nos partenaires

L_BB.gif L_AirTransat.gif L_P-Bison.gif

L_LogisHotels.gif


(cliquez sur les logos pour plus d'informations)

 
 
Association LORRAINE-QUÉBEC - MJC Pichon boulevard Recteur Senn - 54000 NANCY
Courriels :► lorraine.quebec@wanadoo.fr ►anim-jasette@orange.fr